Actualités smartphone pliable

VIDÉO – Huawei Mate X : on a essayé le smartphone qui se plie en deux

Publier par sep
VIDÉO – Huawei Mate X : on a essayé le smartphone qui se plie en deux
Évaluer cet article

Le Huawei Mate X était à Paris ce vendredi 1er mars pour permettre aux journalistes de la presse spécialisée de le prendre en main pour la première fois. Dévoilé le 24 février au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone, le premier smartphone pliable du géant chinois des télécoms avait seulement pu être observé jusqu’ici sous une cloche en verre sur le stand du constructeur au congrès catalan. 

L’appareil ne sera pas commercialisé avant le second semestre de l’année. Son interface est loin d’être finalisée et les ingénieurs de la firme travaillent encore à réduire son poids. Mais le produit présenté vendredi donne tout de même un premier aperçu de l’expérience proposée par cette technologie futuriste.

Nous avons pu essayer le smartphone durant quelques minutes en compagnie du vice-président de Huawei, Bruce Lee, qui avait fait le déplacement pour l’occasion. Ce qui frappe au premier abord, c’est le design plutôt fin de l’appareil. Le Mate X fait 11 mm d’épaisseur en mode smartphone, seulement 3 mm de plus que le Huawei Mate 20 Pro et surtout 7 mm de moins que le smartphone pliable dévoilé par Samsung.

Un appareil déroutant

Le Mate X est constitué d’un seul écran Oled qui se plie vers l’extérieur. Déplié, il offre un généreux affichage de 8 pouces comparable à celui d’une petite tablette. Replié, il se divise en deux écrans d’un peu plus de 6 pouces similaire à ceux des smartphones actuels. L’écran de devant propose une interface Android et la surcouche Emui classique de Huawei. Celui de derrière fait office d’afficheur secondaire mis à contribution pour certains usages.

Le Mate X passe de l’un à l’autre grâce à un système de charnière. Il a fallu trois années de conception et une centaine de brevets pour aboutir à ce résultat, nous explique la marque. Elle est censée pouvoir résister à des milliers de pliures. Le nombre exact sera communiqué avant la sortie du téléphone.

Comme pour toute première génération de produit, la première utilisation de l’appareil est déroutante. Le Mate X se déplie en appuyant sur un petit bouton qui déverrouille le mécanisme de la charnière. Cette dernière oppose une certaine résistance et émet un bruit de craquement peu agréable au moment de déplier l’écran. Huawei assure que le système gagnera en souplesse d’ici sa mise en vente.

Un écran impressionnant

Une fois déplié, l’écran impressionne et offre un confort visuel inéditpour naviguer sur le Web, lire la presse, jouer ou visionner des vidéos. Sans encoche, ni bordures, l’affichage n’est pollué par aucun élément. Seule la marque du pli au centre de l’écran vient rompre l’harmonie lorsqu’on le regarde de côté. 

En configuration tablette, le Mate X peut se manipuler à une main grâce à une sorte de petite poignée, une excroissance dans laquelle Huawei a fait le choix de loger les trois capteurs photo et certains composants du téléphone. En revanche, l’écran replié vers l’extérieur fait craindre une plus grande fragilité en cas de chute que celui du Galaxy Fold, qui se plie vers l’intérieur. Huawei assure qu’il a été testé pour résister aux affres du quotidien même s’il n’est pas protégé par un verre Gorilla Glass, qu’il n’aurait pas été possible de plier.

Les marques misent sur les smartphones pliables pour dynamiser le marché à moyen terme. Pour y parvenir, elles vont devoir prouver qu’ils apportent une véritable plus-value par rapport au téléphones actuels. Pour l’instant, leurs usages sont assez limités. Ils font la même chose que les smartphones, en plus grand, et proposent quelques fonctionnalités gadgets qui ne justifient pas l’investissement conséquent qu’ils représentent.

Des usages encore limités

Le Mate X propose des usages on ne peut plus classiques. Le mode multitâche est limité à deux applications ouvertes en même temps sur le grand écran. Samsung a annoncé jusqu’à trois applications simultanés pour le Galaxy Fold. Huawei communique sur la possibilité d’utiliser la fonction « glisser-déposer » mais elle n’était pas encore disponible sur le produit pris en main vendredi. La productivité semble l’un des axes de développement les plus prometteurs de ce type d’écran qui pourrait aisément remplacer le Galaxy Note et les phablettes actuels. En mode photo, le second écran peut s’utiliser comme une glace en mode selfie ou pour permettre au sujet de visualiser sa pose avant la prise de vue.

Pour tirer profit de ce nouveau format, Huawei a précisé qu’il était en train de développer une interface spécifique aux smartphones pliables. Le groupe chinois travaille aussi avec les éditeurs d’applications pour les adapter au format. Google est également à pied d’oeuvre pour prendre en charge différents types de formats pliables sur son système d’exploitation Android. Lire la suite


A propos de l'auteur

sep

laissez un commentaire